Envoyer a un ami

Sécheresse oculaire et travail sur écran

Dans le travail sur écran, la sécheresse oculaire est associée à une fatigue visuelle.


Le film lacrymal est maintenu en permanence par le clignement spontané des paupières. C’est ce clignement qui empêche le dessèchement de la cornée.

Nous clignons des yeux environ 20 fois par minute en temps normal et jusqu’à 5 fois moins devant l’écran.


Pour les personnes travaillant sur écran, l’astreinte visuelle entraîne une diminution de la fréquence moyenne des clignements et génère, par conséquent, une sécheresse oculaire.

La position de l’écran par rapport aux yeux constitue également un facteur de variation de la sécheresse oculaire. Le volume lacrymal est plus important lors d’un regard dirigé vers le bas, plutôt que vers le haut.
La réduction du volume lacrymal de l’opérateur qui travaille sur écran, est due à l’élévation du regard devant l’écran. Une position haute de l’écran double la surface oculaire exposée9.

Ces tâches exercent une influence sur la sécheresse oculaire, puisqu’elles requièrent une attention concentrée qui réduit la fréquence des clignements et altère la surface de l’oeil.



9. Patel. S., Henderson R., Bradley L. Et Coll. Effect of visuel display unit use on blink rate and tear stability. Optometry and Vision Science, 1991, 68 (11), pp.888-892.
bottom